Qu’est ce que le développement durable ?

La première définition du développement durable apparaît en 1987 dans le rapport Brundtland publié par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU :

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »

Concrètement, le développement durable est une façon d’organiser la société lui permettant d’exister sur le long terme. Cela implique de prendre en compte à la fois les impératifs présents mais aussi ceux du futur, comme la préservation de l’environnement et des ressources naturelles, ou l’équité sociale et économique.

L’objectif du développement durable est de définir des schémas viables qui concilient l’aspect écologique, social et économique des activités humaines : « 3 piliers » à prendre en compte par les collectivités comme par les entreprises et les individus.

La finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces 3 enjeux.

En d’autres termes, pour assurer la durabilité du modèle, le développement doit être vivable, viable et équitable.

Supply Chain durable

Qu’est-ce que la Supply Chain durable et Pourquoi ?

En faisant le lien avec les définitions du 1erparagraphe, une Supply Chain durable est une gestion de l’ensemble des flux (des fournisseurs jusqu’aux clients) répondant aux 3 dimensions : Économique, Écologique et Sociale.

Le niveau d’intérêt pour cette démarche et les préoccupations environnementales, économiques et sociales ont pris une telle ampleur chez les individus et les entreprises (ou chez les individus DONC les entreprises ?) qu’il est devenu un sujet capital.

Ces préoccupations sont motivées par les principaux facteurs suivants :

supply chain sustainability durable écologique such consulting article de fond

Comment mettre en place une Supply Chain durable ?

Les entreprises n’ont pas attendu une révolution des modes de pensée pour commencer à travailler sur le pilier « économique ».

Les démarches d’optimisation de coûts et de performances des Supply Chain ont mécaniquement entraîné des effets positifs sur l’écologie.

Par exemple, le but premier des méthodes du Lean Management est de supprimer les tâches inutiles, les gaspillages (waste), mais aussi de réduire la consommation énergétique, de consommables, de matériels, etc. tout en améliorant la productivité. Bien que l’initiative soit premièrement économique, l’impact est triple car également environnemental mais aussi social en pérennisant les emplois.

Il en va de même avec une optimisation des plans de transports ou l’on va chercher à transporter davantage de marchandises avec moins d’unités de transport.

Le but initial est une réduction des coûts, mais cela améliorera également le pilier « environnemental » en réduisant l’impact carbone.

Less is more ?

Toujours dans la même optique, l’optimisation des emballages et contenants est une démarche qui s’est développée depuis le début des années 2000. L’objectif premier reste l’augmentation du taux de remplissage en éliminant les volumes inutiles (une démarche toujours très Lean me direz-vous …).

Mais en parallèle, le travail sur les emballages pousse les entreprises à concevoir des solutions plus respectueuses de l’environnement, c’est-à-dire des emballages moins lourds, facilement recyclables, réalisés à partir de matières recyclées et/ou d’énergies vertes, approvisionnés localement, etc.

Plusieurs secteurs ont déjà fait d’énormes progrès comme les produits frais, les eaux en bouteille ou les boîtes en acier.

reduction packaging supply chain logistique sustainability durable écologique Danone supply chain article de fond such consulting sustainability durable

Prenant l’exemple des yaourts Activia et Taillefine qui ont supprimé leurs emballages carton des formats par 4. En une année, cela a permis d’économiser 1’600 tonnes de carton !

Danone a même estimé qu’au-delà de l’impact écologique, l’impact sur les ventes était très positif (entre +5% et +8%).